top of page
Rechercher
  • Isabelle

Une goutte d'eau

Dernière mise à jour : 31 juil.



Il était une fois, une petite goutte d’eau. Elle jaillit des profondeurs de la terre avec ses sœurs et rejoignit le flux vif d’un ru. Dévalant la pente, elle arriva dans une paisible petite mare aux eaux dormantes. Là, elle prit son temps, voguant en surface ou plongeant vers le fond vaseux jusqu’à ce qu’enfin, elle soit entraînée par le courant sinueux du ruisseau dans lequel se déversait l’étang. Le voyage fut passionnant, passant de larges méandres en cascades bouillonnantes.


Chaque étape était pur délice, joie éclaboussante… D’autres petites gouttes se joignent à mon voyage. Parfois on saute les cascades ensemble et d’autres fois chacune prend son bras de rivière. J’aime être la goutte… je m’arrête autour du pied des roseaux. Un accueil en grande célébration m’est offert à chaque rencontre. Leurs pousses végétales me proposent mille et un jeux de slalom… de ligne droite… rapide ou reposant. Un honneur dans l’Union. Vient le tour des retrouvailles… ensemble, en force, nous sautons la cascade suivante.


Parfois, je fais des rencontres insolites, voir étranges. Un jour, j’ai atterri sur le museau d’un ours qui, heureusement pour moi, s’est immédiatement secoué et je n’ai pas été séparée de mes sœurs… par contre, j’en ai encore la chair de poule en vous racontant cette histoire. Plus fréquemment, il nous arrive, à mes sœurs et moi, de chevaucher des saumons qui eux, sont à contrecourant !


Moi, mon destin ? J’ai suivi la pente qui déjà m’a menée jusque-là. Aurais-je eu le choix de jaillir sur un autre versant ? De suivre le flux dans une autre direction ? Je n’aurais peut-être jamais embrassé l’ours et aurais filé jusqu’à une mer ou un océan où nagent baleines et dauphins. De toute façon je coule, coule, suis le flux et j’irai vers la mer ou l’océan.


Oui, c’est mon destin, je le sais depuis toujours, mais je ne suis pas pressée, surtout pas pressée de finir dans la saumure, salée, et me transformer en cristal de sel « beurk ». Je veux encore faire de belles expériences…


Oui, j’ai encore beaucoup de projets de voyages prévus. Je ne peux pas encore partir, c’est trop tôt. Tant de choses à voir, à voir et à entendre, à découvrir. Il parait que nous avons une vie riche et intense mais relativement courte. Par exemple, les humains peuvent vivre jusqu’à une centaine d’années.


Alors moi, est-ce que je continue ma course d’entraînement avec les copines ou est-ce que je me donne le droit de m’évaporer en nuage pour parcourir le monde d’en haut ? Là, voilà une petite plage de sable au sec avec une vieille tong abandonnée. Je m’y installe pour profiter de l’ascenseur « soleil » …


Je me sens m’élever, m’envoler vers l’azur, me diluer. Je rejoins d’autres sœurs avec qui nous formons notre propre nuée. Portées par le vent, nous avançons, encore, mais autrement, plus légères. À la rencontre d’une montagne, nous devenons pluie, gouttes à nouveau, et plongeons vers un nouveau cycle de vie en retrouvant la matrice maternelle et ses galeries souterraines.


Anne – Bettina – Sandrine – Jacqueline – Erika – Coralie – Mariane – Anne – 23.07.2023

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Elle évolue tellement gracieusement que je reste bouche bée… et du coup, je bois la tasse … Je suis dans le lac de Neuchâtel et je viens de rencontrer une sirène … Elle évolue tellement gracieusement

Je m’endors, je sursaute, j’écris quelques lignes au moins, il faut bien que cette histoire commence d’une manière ou d’une autre. Nous sommes dehors dans le jardin, l’air est sec. Je me suis retirée

Il y a d’abord un champ de blé, pas encore mûri par le soleil. Un champ vert particulier : avec du bleu et du gris, les tiges alignées, pas très hautes encore. Et dans ce champ aux lignes symétriques,

Post: Blog2_Post
bottom of page